PRESENTATION   GALERIE PHOTOS   ARTICLES DE PRESSE ET TEXTES   TEXTES CHANSONS   CONTACT  LIVRE D'OR  
 
 Recherche

 Newsletter




Abonnez-vous !
Ajoutez votre Email ici !

 
Petit poème minimaliste


       

 

A l'âge tendre, Pierrot, pris du remords d'un crime involontaire - celui d'un mot peut-être? Ou bien l'avait-on surpris, rieur, éblouissant, frondeur sur les frondaisons des lumières? - résolut pour se punir et pour se ressembler de gagner des lunes souterraines.

Là, de devoir  compter les secondes qui verraient sa délivrance, de mortelle façon, il investit le Temps et ses yeux se fermèrent.
Aucune idée triste qui ne le fréquentât, quotidienne et meutrière, aucune pensée noire, fidèle, qui ne le défigurât, lui qui aurait ri, éblouissant, sans fard  sur les frondaisons des lumières.

Pierrot, pâle, muet de son état, perdit le geste qui parlait  et devint invisible comme sa vraie douleur.

A l'âge tendre, j'aimais Pierrot d'un amour tendre. Jamais Pierrot ne le sut qui descendit loin des lumières.

Eric LEDENT.



Michel Keutiens - E-mail: info@michelkeutiens.beVisiteurs : 131356
| PLAN DU SITE | IDENTIFICATION | Powered by Imust.be   Verviers